vendredi 8 juillet 2016

Colloque La pensée samedi 15 octobre 2016 Université Paris Descartes

 

samedi 15 octobre 2016        
Université Paris Descartes 
71 avenue Edouard Vaillant 92774 Boulogne Billancourt

mardi 5 juillet 2016

Citation

Quand le bébé sent que ses pulsions et fantasmes destructeurs se dirigent vers la personne totale de son objet aimé, la culpabilité apparaît dans toute sa force et, avec elle, le besoin, impossible à assouvir, de réparer, de préserver, de faire revivre l'objet aimé "endommagé".

Melanie Klein, Développements de la psychanalyse

vendredi 1 juillet 2016

Citation

Il est classique de dire que, d'un analyste, un analysant n'obtient jamais de réponse puisqu'elle ne se rapporte pas au contenu manifeste de la question.

André Green, Préface aux Entretiens psychanalytiques, Wilfred R. Bion

mardi 28 juin 2016

Citation

Il est évident que le travail de l'analyste est fait par le patient. J'interviens au moins une fois dans la séance, mais j'interviens pour que le patient n'ait pas l'impression que je comprends tout.

Donald W. Winnicott, Processus de maturation chez l'enfant

vendredi 24 juin 2016

Citation

La chose réelle est la chose qui n'est pas là. Pas de couverture peut être plus important qu'une couverture.

Une patiente de Donald W. Winnicott, Jeu et réalité

vendredi 17 juin 2016

Citation

Winnicott apporte une contribution essentielle concernant la sensibilité parentale avec l'affirmation souvent mal comprise et quelque peu paradoxale selon laquelle l'état d'être en relation avec autrui naît à partir de l'expérience d'être seul en présence d'une autre personne (Winnicott 1958).

Peter Fonagy, Théorie de l'attachement et psychanalyse

mardi 14 juin 2016

Citation

L'analyste doit devenir infini en suspendant la mémoire, le désir et la compréhension.

Wilfred R. Bion, L'attention et l'interprétation

vendredi 10 juin 2016

Citation

Le fondement d'une structure saine et stable est certainement à rapporter à la fiabilité de la mère interne, mais cette capacité est elle-même soutenue par l'individu. Il est vrai que les gens passent leur vie à porter le réverbère sur lequel ils s'appuient, mais quelque part au commencement, il doit y avoir un réverbère qui tient tout seul, sinon il n'y a pas d'introjection de la fiabilité.

Donald W. Winnicott, Lettres vives

mardi 7 juin 2016

Citation

Seul le vrai self, en effet, peut être créateur et seul le vrai self peut être ressenti comme réel.

Donald W. Winnicott, Distorsion du moi en fonction du vrai et du faux self

vendredi 3 juin 2016

Citation

L'analyse est le travail que j'ai choisi, la voie que j'estime être la meilleure pour traiter avec ma propre culpabilité, la voie par laquelle je peux m'exprimer de façon constructive.

Donald W. Winnicott, La haine dans le contre-transfert

mardi 24 mai 2016

Article de Simone Sausse-Korff : "Bion, une psychanalyse sans mémoire" paru dans le numéro de la Revue française de psychanalyse "Mémoire" Vol. 80, janvier 2016

Bion, une psychanalyse sans mémoire
par Simone Sausse-Korff

Revue française de psychanalyse
2016/2 (Vol. 80)

Résumé

L’auteur se propose d’examiner l’apport de W.R. Bion à la théorie psychanalytique de la mémoire. À partir de la fameuse formule « Sans mémoire, sans désir, sans compréhension », il s’agit de voir quels sont les concepts théoriques et les principes méthodologiques qui permettent de penser ce qu’est une psychanalyse sans mémoire. La conception de Bion amène à modifier certaines notions, comme la mémoire implicite, le rêve ou la vie prénatale et elle a des implications cliniques dans des champs peu explorés par la psychanalyse, comme le vieillissement par exemple, mais aussi dans la pratique quotidienne du psychanalyste.

vendredi 13 mai 2016

Parution à venir le 14 mai : "Le Cas Paramord" de Pierre-Henri Castel aux éditions d'Ithaque



Les Éditions d'Ithaque nouveauté mai 2016
Collection Psychanalyse, dirigée par Ana de Staal




Le Cas Paramord

Obsession et contrainte psychique, aujourd'hui
Pierre-Henri Castel
Le Cas Paramord s’essaie à un projet inhabituel dans la littérature psychanalytique : livrer le récit d’une cure entière. Or une telle entreprise, déontologiquement délicate, ne se justifie qu’à la lumière d’enjeux graves et généraux. Ce problème fondamental, c’est ici la vieille question de la «contrainte psychique». Car, selon Pierre-Henri Castel, même si l’enveloppe formelle des symptômes de la névrose obsessionnelle freudienne subsiste, beaucoup parmi nous vivent autrement cette contrainte.

Mais loin de se réduire à l’illustration d’un point de doctrine, le récit d’une psychanalyse met toujours sur la table ce qu’on juge être la psychanalyse. Aussi l’auteur tente-t-il, en postface, de donner forme conceptuelle à certains mouvements inconscients dans lesquels il s’était trouvé emporté avec son patient. Rêves, affects, étrangetés du langage en ressortent éclairés d’un nouveau jour. Fortement marqué par Lacan et Bion, lecteur critique de Bollas, Ogden et Ferro, Pierre-Henri Castel présente alors la psychanalyse qu’il appelle de ses vœux, ce qui donne à cet ouvrage valeur de manifeste.




L'auteur
Pierre-Henri Castel, né en 1963, est philosophe et historien des sciences.
Membre de l’Association lacanienne internationale (Ali), il exerce
la psychanalyse à Paris.

Il a consacré ses travaux à une élucidation à la fois historique et philosophique des conditions d’émergence de la psychanalyse, puis des raisons de ses variations et de ses crises, dans son voisinage avec la neurologie, la littérature ou les sciences sociales.

Parmi ses ouvrages :
À quoi résiste la psychanalyse ? (Puf, 2007),
Âmes scrupuleuses, vies d'angoisse,tristes obsédés
et La Fin des coupables
(Ithaque, 2011 et 2012).


• 168 pages 16 € • format 153 x 220 mm 9782916120690
En librairie le 14 mai



LES EDITIONS D'ITHAQUE
3 rue Primatice 75013 Paristél. + 33 (0) 1 71 37 94 69

mardi 10 mai 2016

Table ronde "Le moi inconscient : perspectives freudiennes, bioniennes et winnicottiennes" en commande sur le site Congrès Minute







76ème congrès de la SPP à Bruxelles du 5 au 8 mai 2016 : "Le moi inconscient"

VENDREDI 6 MAI (après-midi)

Présidence Louis Brunet (SCP)

14 h 30 Table ronde Le « moi inconcient » : Perspectives freudiennes, bioniennes et winnicottiennes
Claude Smadja (SPP, Paris), Diana Messina-Pizzuti (SBP, Bruxelles), Giuseppe Squitieri (SPI, Rome)

15 h 30 Discussion avec l’auditoire et la tribune

A commander ici : http://congresminute.com/boutique/entree-par-theme/psy/psychanalyse/perspectives-freudiennes-bionienne-et-winnicottienne/

Intégralité du congrès à commander ici : http://congresminute.com/boutique/entree-par-theme/psy/psychanalyse/le-moi-inconscient/

vendredi 6 mai 2016

Invitation à une rencontre autour du livre Imaginons. Le visible et l'inconscient en présence des auteurs le samedi 21 mai 2016 à Paris

Invitation

à une rencontre autour du livre
IMAGINONS. LE VISIBLE ET L'INCONSCIENT
en présence des auteurs


Andreina Fontana

& Domenico Chianese


Le samedi 21 mai 2016, de 17h à 19h
à la Société psychanalytique de Paris
21 rue Daviel 75013 - Paris


Modérateur Alain Gibeault
Présentation de l'ouvrage par François Sacco





L'argument


Quelle place accorder aux images dans la vie psychique et, plus précisément, dans le processus analytique ? Comment utiliser l'espace de la cure s'il nous faut le considérer non plus seulement comme un champ structuré par le langage mais aussi traversé et bouleversé par des images visuelles réfractaires à tout vocabulaire ? Dans cet ouvrage richement illustré, Domenico Chianese et Andreina Fontana,psychanalystes, membres de la Société psychanalytique italienne (SPI), nous invitent à un voyage dans le monde des images. Ils revisitent les mouvements telluriques qui ont agité l’Europe, et dont Freud, Warburg, Buckhardt, Benjamin, Nietzsche furent témoins, sismographes, les visionnaires d’une culture en rupture.

À partir de Freud, en compagnie d'auteurs comme Lacan, Bion, Winnicott, Aulagnier, Pontalis, Merleau-Ponty ou Foucault, mais surtout en se laissant guider par Didi-Huberman, dans l'univers iconique d'Aby Warburg, ils associent librement leurs idées et leurs lectures, et plaident en faveur d'un tournant iconique au sein de la pensée psychanalytique.

Imaginons, c’est le livre de l’homme ouvert à une pensée imageante et qui, par le défilement de l’image en mouvement, actualise un espace-temps sans se soucier de la modélisation de la linguistique, bien qu’il n’ignore pas les rapports qu’entretiennent la psychanalyse et les sciences du langage. Par une relecture de L’interprétation du rêve, les concepts de « pensée-du-rêve » et de « travail-du-rêve » permettent aux deux auteurs de remettre à jour la notion de « figurabilité » pour penser l’image dans la psychanalyse et revisiter la deuxième topique, où la représentation de mot n’est pas le seul modèle, la seule forme de pensée. Effectivement, la parole et l’image sont indistincts dans l’inconscient. Le figurable est ainsi revu à travers la référence à Sara et César Bottela qui, dans La Figurabilité psychique (Inpress, 2007), ont centré leurs recherches sur l’hallucinatoire, spontané et permanent de l’inconscient, le sexuel primordial, la régression et la régrédience.

Une telle référence à l’image, c’est-à-dire à un symbolisme primaire, actualise le travail de l’infantile (et la capacité transformatrice structurante de celui-ci), offrant à la séance d’analyse un tout autre espace : un espace scénique, un espace transitionnel, un chiasme. Au sein de celui-ci, analyste et patient pourront tous deux se dépouiller des acquis « civilisés, individuels, construits » (Bion) et ouvrir la voie à une régression vers l’état de dépendance à l’objet primaire ancré dans une réalité matérielle en voie de formation.

Imaginons. Le visible et l'inconscient
Traduit de l'italien par Sébastien Smirou
Publié avec le concours du Centre national du Livre

176 pages • 36 € • format 220 x 270 mm • illustré

En librairie

mardi 3 mai 2016

Citations

L'individu est, et a toujours été membre d'un groupe, même si sa façon d'y appartenir consiste à se comporter comme s'il donnait réalité à l'idée qu'il n'appartient à aucun groupe.

Wilfred R. Bion, Recherches sur les petits groupes

mardi 26 avril 2016

Citation

Pour Winnicott la guérison résulte de l'élaboration du sentiment de passivité (et parfois même de chaos) produit par la découverte en soi-même d'une zone de non-intégration primitive.

François Richard, La rencontre analytique

vendredi 22 avril 2016

Parution du Journal de la psychanalyse de l'enfant n°1/2016 : "Le transitionnel dans la cure"

Journal de la psychanalyse de l'enfant - n°1/2016

Le transitionnel dans la cure

288 p.


Résumé :

Deux caractères importants caractérisent, selon Winnicott, l’objet transitionnel : le fait d’être non-moi, d’une part, c’est-à-dire de nature strictement étrangère au sujet humain, et, d’autre part, de ne pouvoir tenir son rôle que si, et uniquement si, le sein maternel a déjà été intériorisé par le bébé et constitué en objet interne « suffisamment bon »…
Quelle place ces objets "transitionnels" occupent-ils dans le monde interne ? Leur nature « non-moi » les maintient-elle extérieurs à l’objet interne, simplement appauvri, voire amputé de sa richesse émotionnelle ? Finissent-ils, au contraire, par devenir partie intégrante de cet objet, partie automatisée mais dévitalisée d’un sein introjecté, devenus à des degrés divers une « mère morte » au sens de Green (Green, 1983), non pas par défaillance de fonction de pensée, mais par incorporation d’une partie inerte et non pensante qui réduit la partie active de la psyché maternelle ?
Cette question s’introduit dans la cure, avec consoles et portables. Le choix de l’interdiction provoque parfois des réactions émotionnelles vives, témoins du degré d’intolérance à la frustration convoquée par une simple parole. La psychanalyse « à distance » trouve même dans la technologie une raison d’être qui ne peut que poser question.
Une vaste et difficile question technique s’ouvre actuellement aux psychanalystes. Sans doute est-il important de repenser à l’objet transitionnel, de ne pas introduire des objets sans vie, inertes ou programmés, sans qu’ils soient investis d’une projection pensante, d’une réflexion qui les anime… Des objets capables de devenir porte-mémoire d’un moment relationnel et qui n’attaquent pas la capacité psychique à traiter, transformer et contenir les émotions. Sans doute serait-il prudent, dans l’espace de nos cures, de garder présente à l’esprit cette pourtant célèbre phrase d’Alphonse de Lamartine (1830) : "Objets inanimés avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?"



Table des matières :

Le transitionnel dans la cure

Le comité éditorial, Introduction
Donald Winnicott, Le destin de l’objet transitionnel
Bruno Romanzin, Objets autistiques et objets transitionnels
Jean-Claude Guillaume, Usages et mésusages de l’objet transitionnel
Cléopâtre Athanassiou-Popesco, Etude des fondements du concept d’objet transitionnel
Catherine Dupuis-Gauthier, Les destins contrariés de l’amour. L’agressivité et la haine chez Winnicott
Bernard Golse, Le « sense of being » et l’intersubjectivité
Didier Houzel, Le sentiment de continuité d’existence
Jean-Baptiste Desveaux, Penser le soin des adolescents en institution à partir de Winnicott
Riccardo Lombardi, Le transfert sur le corps

Document
Colin James, La notion de « Containing » chez Bion et de « holding » chez Winnicott dans le contexte de la matrice de groupe

Espace Forum

Notes de lecture

Le Contre-transfert corporel. Une clinique psychothérapeutique du corps, de Catherine Potel (par F. Joly)
Jouer avec Winnicott, d’André Green (par F. Joly)
L’Extension de la psychanalyse Pour une métapsychologie de troisième type, de René Kaës (par J.-C. Guillaume)
Le Cerveau et le monde interne : une introduction à la neuro-psychanalyse, de Mark Solms et Oliver Turnbull (par A. Quesney)
Revue française de psychosomatique, n° 47, 2015 (par M. Rodriguez)
Eviter les émotions, vivre les émotions, d’Antonino Ferro (par J.-B. Desveaux)


https://www.puf.com/content/Journal_de_la_psychanalyse_de_lenfant_-_n%C2%B012016

mardi 19 avril 2016

Citation

L’avenir de la psychanalyse est dans la psychanalyse par le jeu.

Commentaire de Karl Abraham à la communication de Melanie Klein au congrès international de Wurtzbourg en 1924